OCEMO

Les crises constituent aussi des opportunités pour lancer de nouvelles dynamiques

Les crises constituent aussi des opportunités pour lancer de nouvelles dynamiques

 

Samir AITA, Rédacteur en Chef, Le Monde diplomatique éditions arabes
Président du Cercle des Économistes Arabes

 


Samir AITA Rédacteur en Chef, Le Monde diplomatique éditions arabes, Président du Cercle des Économistes Arabes

Samir AITA Rédacteur en Chef, Le Monde diplomatique éditions arabes, Président du Cercle des Économistes Arabes
Le Cercle des Economistes arabes est un lieu de réflexion  et d’échanges sur les enjeux économiques et sociaux dans les pays arabes. Dès avant le « printemps arabe », ces membres ont souvent mis en avant que les modèles de développement adoptés, comme les partenariats avec l’Europe, conduisaient à une impasse. D’où la nécessité de collaborer avec d’autres groupes de réflexion sur les nouveaux modèles à bâtir. Nous avons pensé qu’il était nécessaire de participer à l’initiative de l’OCEMO quand elle a été lancée. Aujourd’hui les bouleversements dans les pays arabes, la crise économique et financière que connaît l’Europe rendent la chose encore plus essentielle. Les solutions à trouver sur les deux rives de la Méditerranée ne sont pas indépendantes.

L’OCEMO doit lancer ce genre de débats et d’échanges au-delà des collaborations classiques observées ces dernières années. Il y a eu trop de focalisation sur l’économétrie, sans remise en question profonde des modèles de développement. Les économistes et les chercheurs n’ont pu voir venir les crises. Or, les événements en cours vont bouleverser le paysage régional. Il est urgent de lancer des débats très ouverts sur les enjeux du printemps arabe, comme de la crise économique et financière en Europe.

Les thèmes les plus importants à mon avis concernent le modèle de développement pour les pays arabes, notamment ceux en transition démocratique, comme le modèle de croissance de l’Europe pour sortir de la crise. Que faire pour la Tunisie ou pour l’Egypte pour assurer que la transition démocratique puisse répondre aux raisons socio-économiques profondes des soulèvements ? Peut-on sortir de la crise en Europe, et en France en particulier, en laissant la rive sud de la Méditerranée sombrer dans un chaos économique et politique ? Les crises constituent aussi des opportunités pour lancer de nouvelles dynamiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>